« Mon patron veut se lancer sur Twitter »

Excellent article paru sur le blog de ReputationSquad. Voici quelques extraits…

Ça y est, ça vous tombe dessus. Vous vous y attendiez, vous aviez assisté à un petit dej organisé par une agence qui vous expliquait que maintenant il faut y aller. Vous aviez eu beau soigneusement éviter le sujet avec votre Boss depuis des mois, vous saviez au fond de vous que ça allait vous tomber dessus un de ces jours. Là vous vous dites : “Qu’est-ce que l’on va bien pouvoir raconter ? A chaque fois que l’on se croise il me parle d’Ebitda, de blocs de béton (spécialité du groupe) et de golf !”

[…]

Commençons par le commencement …

Nous avons mené en avril une étude sur 125 sociétés françaises (447 top managers dont 125 CEO) et voilà ce qui en ressort :

  • 21% des PDG français sont présents sur Twitter (plus que les top managers qui ne sont que 18%)
  • Leur présence est en forte hausse (+18% en un an)
  • Seuls 28% on un compte LinkedIn (vs. 68% sur les Top Manager)

Il est ensuite intéressant de rentrer dans le détail de ce qui fonctionne. 3 drivers vont orienter fortement la popularité (en nombre de followers) d’un dirigeant sur les réseaux sociaux :

  • La fréquence d’animation : aucun dirigeant n’ayant tweeté plus de 300 fois n’a moins de 2400 followers.
  • La taille du groupeest un facteur important de rayonnement sur Twitter (le patron d’Orange aura très facilement plus de followers que celui d’Eurazeo). Si votre groupe ne comporte pas beaucoup de salariés, soyez un peu moins ambitieux en terme de followers.
  • Les sujets traités jouent aussi. Les dirigeants de groupes publicitaires ou de médias intéresseront plus facilement que ceux qui comme le Boss de Johnny fabriquent des blocs en béton. Ce qui ne veut pas dire que l’on ne peut pas toucher ses cibles (journalistes, salariés, experts…) en traitant des sujets de niche.

MAINTENANT, IL FAUT SE LANCER : QU’EST-CE QUE L’ON FAIT ?

Je vous passe la partie création de compte, choix de la photo, rédaction du descriptif…

[…]

Pour la ligne éditoriale, nous recommandons de limiter l’actualité du groupe à 20% de ses tweets et le personnel à 10%. Pour le reste, nous privilégions les expertises (secteurs, relais d’experts, économie, gestion …) et un traitement ludique de l’information. Tout cela sera bien entendu à adapter en fonction de la personnalité et des ambitions du dirigeant.

[…]

Vous allez éviter les pièges

Il ne faudra pas que votre dirigeant devienne :

  • la hotline du groupe
  • le retweeteur
  • le clasheur
  • le flux publicitaire du groupe
  • Martine va au travail avec un descriptif heure par heure de sa journée
  • le Tweetcoolique, qui passe sa vie sur Twitter.

La suite est ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s